1998

Voyage au berceau de nos racines

61 pages

 

Depuis le 1er avril 98, je suis en année sabbatique, nous avons reçu le c/car que nous avons étrenné avec Bernard dans le QUEYRAS, et nous préparons notre périple méditerranéen.

Mardi 7 avril
Nous sommes à Orthez pour la vidange. Nous achetons la vignette et attendons la carte verte pour partir. C'est l'anxiété et la fièvre des grands départs. Je pense aux parents qui vieillissent, à mon cher Pat. II faut parfois faire abstraction de tous ses soucis, et finalement se dire que tant que nous sommes en bonne santé et surtout à deux, qu'il faut profiter. Trop d'exemples autour de nous, hélas, consolident notre point de vue. Tout d'abord la mort de Jeannot, de Guy, la rechute de Josette ...que je laisse mal en point. Aussi tant que nous avons la chance d'être tous les deux en bonne santé, nous comptons en profiter, tant pis si l'on nous considère comme égoïstes, nous avons pas mal donné, à nous aussi d'en profiter.
Que le ciel protège tous ceux que nous laissons pendant 2 mois ???!!
La pluie revient, giboulées de printemps, la neige est annoncée en montagne, dans le Jura à 1200 m. Février a été très doux, nous payons en avril.
Marius a appelé, panne magnéto. J-Marie va y aller après dîner. Rosette me porte des oeufs.
Le désaïré des jours avant le départ est de plus en plus fort. Nuits d'angoisse, vivement le départ. On pense à tout, à beaucoup de choses, on s'inquiète de peu, et puis la fougue du départ reprend le dessus, et je me reprends à rêver.
J'appelle BRASSAC chez le Fargues papi et mami doivent être à l'église, semaine sainte oblige. Chez Pierrot, pas de réponse.
Pas de carte verte le 8 et le 9 avril, finalement la Macif d'Orthez va nous faire les attestations d'assurance ...ouf... et nous prenons l'autoroute le JEUDI 9 AVRIL vers 10 h à Biron.
Arrêt vers 12 h30 sur l'aire du Lauragais. Ciel plus clément vers Montpellier. Arrêt près de Brignolles vers 19 h. Nous appelons Bernard. II va passer les fêtes de Pâques à Brassac.

Vendredi-Saint 10 avril
II a plu toute la nuit, orages et même grêle; çà résonne dur sur le camping-car.
Nous restons au lit jusqu'à 9 h 1/4, petit déj et départ vers 10 h. En route, pluies, giboulées. Echange de FF contre des Lires un peu avant la frontière. Circulation fluide, pas de vent, encourageant pour passer les nombreux tunnels et ponts pendant près de 300 km. Cette étape de tunnels et viaducs est toujours pénible et j'appréhende avec le trafic important de camions. Enfin, nous verrons bien.