2/61
Pas de soleil, ce qui pour J-Marie est moins pénible en sortant des tunnels. Repas vers 13h sur aire d'autoroute. Le gas-oil est à 5 F. Quant à l'autoroute on ne paie pas sans arrêt comme sur l'autoroute de l'Estérel, c'est plus pratique.
Pour éviter Gênes, nous montons sur Alessandri et avant Pianceza, nous prenons Parme et partons sur Bologne et Ancône où nous devons embarquer demain à 16 h.
Comme nous avons le temps, nous n'avons pas réservé le ferry, donc nous essaierons d'y être en début d'après midi.
Circulation ralentie et bouchons. Nous faisons étape entre Parme et Bologne; demain l'étape sera courte, environ 250 km. L'aire est agréable, pas de station
service ...donc pas de camions, la nuit sera calme. J-Marie est parti se dégourdirles jambes avant d'attaquer une partie de scrabble.

Samedi-Saint 11 avril 98
Ce matin le ciel est plus clément, la t° extérieure et de 10°C et dans la campinette il fait 15°C. Départ vers 8 h 45, on dirait que le ciel se dégage, nous laissons la grisaille derrière nous, jusqu'à quand ?? Circulation dense, mais nous roulons bien.
Pause cappucino après Bologne, Ancône est à 150 km, donc relax; le ciel est maintenant bien bleu.
Nous arrivons à Ancône sous un beau ciel bleu, il est près de midi. Le "Porto" est bien indiqué. Nous sommes au port, de nombreux camions, certains énormes avec remorques sont entassés sur ce petit port. Nous essayons de nous garer tant bien que mal pré d'un C/c et prenons le billets à l'agence du Port.
Billets pour Igoumenitsa (Grèce) OK, nous pouvons embarquer ce soir à 18 h avec la Cie Minoen Lines Prix 514 000 lires C/C et 2 personnes. Echange au port de travellers et dollars.
La ville d'Ancône nous change de Bari, du moins le port qui est tout petit, bloqué contre la colline. A Bari, c'est beaucoup plus large, d'où moins d'encombrement.
L'attente est toujours longue et pénible. Enfin un employé du port nous indique l'emplacement que nous n'avions pu voir ...des camions nous en cachant l'accès.
Nous discutons avec des français du 72. Ils ont pris les billets en France. On leur a assuré que Patras était direct, sans escale à Igoumenitsa...finalement ils sont sur le même ferry que nous, le ferry fait escale à Igou.
Après le contrôle des passeports et formalités d'embarquement, nous voici enfin sur le ferry "Ikarios". C'est un monstre. J'avais été stupéfaite par les ferry pour la Norvège, mais ici je crois que c'est encore plus grand. 4 camions peuvent y rentrer de front. Inimaginable.
A notre tour de rentrer dans l'énorme baleine... Ahurissant, du jamais vu. Depuis 77 que nous prenons des ferry et Dieu sait si nous en avons pris quelques uns en 21 ans, jamais nous n'avons pénétré dans un monstre pareil.