4/61

Sur le bateau la "téléfomania" a opinion sur mer...même micro ordinateur, un voisin de salon pianote sur son ordinateur. Pas mal de passagers téléphonent ...eh oui nous sommes prêts d'aborder
Dans les cales et sur les ponts, les mécanos s'affairent, l'arrivée est proche. Déjà les chauffeurs routiers ont pris place dans leurs "bahut". L'impatience de toucher terre et d'arriver au port commence à se faire sentir.
Un mécano nous débranche la prise électrique. Les camping-caristes sont en place.
Madame sort son chien, un chien loup. Dans un autre fourgon 2 gros chiens. Plus loin une dame tiens en laisse un tout petit caniche, bien pomponné .... quel boulot.
Dieu merci nous n'avons pas de chien, en camping-car ...pas facile.
9 h 58...l'arrivée est proche. Au "Pont 4", les chauffeurs des voitures arrivent. Les chauffeurs de bus sont en place, les moteurs commencent à ronfler.. c'est l'effervescence des arrivées. heureusement nous sommes sur un Pont et nous sommes aérés. Dans les cales ...les odeurs d'essence et de gas oil doivent être assez insupportables à supporter; nous en avons fait l'expérience dans les voyages antérieurs.
A la radio, la musique grecque a cédé la place à une musique plus lancinante ...plus orientale. Les chaînes crissent, les manoeuvres sont assez longues, normal pour un monstre pareil Tout doux, on vire de façon à aborder par l'arrière sur le quai.
Certains chauffeurs échangent des cigarettes "c'est leur dernier calumet" avant de partir dans des directions différentes.. impatience de l'accostage. Comme nous dirions, le "désaïré" est fort en ce moment.
Finalement nous débarquons vers 10h30. Pas de formalités, nous sortons du port très rapidement et prenons la route de IONINA. Nous allons essayer de trouver une petite chapelle ou église, c'est Pâques. Nous mangeons au resto pour fêter "la Résurrection", au menu : salade grecque, agneau , patates et slouvakis avec petits légumes forts drôles, on dirait des petits piments préparés avec des tomate..çà fond dans la bouche.
Nous reprenons la route, route de montagne tranquille, çà monte, çà descend, mais la route est en bon état. Nous faisons une halte près d'une fontaine et en profitons pour faire le plein d'eau. 11 fait frisquet il est vrai que nous sommes en montagne et à l'ombre; deux vendeurs : un de yaourts et fromages, et l'autre vend des légumes secs, miel, tisanes.Nous achetons un yaourt et reprenons la route.
Arrêt à Béroia, il fait nuit et ce n'est pas facile, au col il fait du vent, donc arrêt sur le parking d'une station-service. Nuit agitée, beaucoup de circulation. Nous appelons les parents... Bernard a eu de la neige ...eh oui, déjà il faisait mauvais lorsque nous sommes partis de France, mais de la neige ...à Pâques ...çà arrive parfois. Tout le monde va bien.