page 2/29

LE GRAND TOUR DU FEZZAN
(3 au 18 décembre 2005)

Nous atterrissons à GHAT (Sud Libyen) vers I7 h 30. Les formalités sont très vite faites. Les visas sont déjà faits, nous rembourserons notre guide. Pas besoin d’échanger nos euros…super…ici, on prend les euros et aucune somme en monnaie du pays n’est exigée en entrant en Libye….appréciable.

L’équipe qui nous prend en charge nous attend. Ahmed le poète sera notre guide. Nos chauffeurs : Ali (thé)…et Chibani, notre charmant et jeune cuistot : Sidi. La petite équipe, après présentation, rejoint les deux 4 x 4. Nous sommes une petite équipe familiale, les deux frères, mari et un couple d’amis marseillais.

Les amis et Bernard montent dans un 4 x 4, avec Chibani leur chauffeur et Sidi le Cuistot et nous montons dans l’autre avec Ahmed, et Ali (thé ») et Pierrot, mon jeune frère qui va découvrir son premier désert.

Les 4 x 4 s’éloignent sur la piste du sud vers la passe de Takharkhouri où nous établissons notre premier bivouac dans les dunes. Il fait presque nuit lorsque nous montons les tentes. Le décor est superbe et les étoiles scintillent avec une ardeur que l’on ne connaît pas chez nous.

Notre premier repas à la belle étoile, magnifique…mais le soir il faut se couvrir et dès que le soleil se cache, la température s’abaisse. Nous sommes au Sud, donc nous n’avons monté qu’une partie de la tente, ce qui nous permettra de jouir du spectacle du firmament que la lune éclaire faiblement.

Demain, notre guide nous amènera visiter la vieille ville de GHAT. Le petit déjeuner est prévu vers 8 h, et départ 9 h.

Lever à 7 h 30, je monte sur la dune voir le lever du soleil. La vue y est belle, le soleil est encore caché, mais quel délice de marcher pieds nus sur le sable vierge. Face à moi, le massif imposant de l’Atakus avec ses pitons rocheux. Le désert m’envoûte…le soleil apparaît et tout s’embrase, les dunes frémissent sous la caresse du soleil. Dommage, je redescendre au camp pour le petit déjeuner.
La nappe est mise, tout est place, le feu crépite, et l’eau chauffe dans la bouilloire.

Après le petit déjeuner, sacs et tentes sont pliés. Avec Ahmed, notre guide, nous nous avançons à pied. Ali, Chibani et Sidi vont plier le camp et nous prendrons sur la piste.

Ahmed nous explique notre situation. Nous sommes donc dans le sud Libyen dans le massif de l’Akakous (ou Akakus) tout près de la frontière algérienne pas très loin des Tassilis N’ajjer. Il fait bon marcher, nous n’emportons pour la journée qu’un petit sac à dos, ce qui est fort agréable.

Les 4 x 4 nous rejoignent et les « auto-stoppeurs » grimpent à l’intérieur. En route vers GHAT. Visite de la vieille ville, cimetière, maisons en torchis, minaret blanc, tombeaux marabouts. Les ruelles sont très propres…il me semble revenir en 90 à Timimoun (Algérie) où nous avions fait une petite expédition en c/car.