PEROU 2004

17 PAGES

 

Mercredi 29 sept.

Lever à 4 h, coup de téléphone aux Finana, Marius et Embry. Départ pour l’autoroute à 5 h 15. Tout le monde est là, répartition dans les voitures Béziat et Marius. La bande est sur le pied de guerre, l’aventure commence.
Nous nous rendons à Hendaye où nous devons laisser les véhicules chez la famille Cheminot et de là, nous prendrons un mini bus pour l’aéroport de Fuenterrabia.

L’autoroute déserte à cette heure matinale après 1 h 15 environ nous voilà sur le parking de la résidence à Hendaye.

Les chauffeurs vont garer les véhicules, les bagages sont rassemblés, coup de phone au taxi qui doit nous conduire à l’aéroport de Fuentarrabia.
Le parcours est rapide, l’aéroport étant situé en face d’Hendaye. Aéroport tranquille à cette heure matinale. Enregistrement des bagages et petit déjeuner avec croissants.

40 minutes de vol séparent Fuentarrabia de Madrid, solution fort pratique pour l’Amérique du sud.
A Madrid 3h d’attente, on flâne autour des boutiques et les 3 h passent vite.

Embarquement à midi, décollage à 12 h 40. Dans l’avion, la troupe est séparée, mais nous attendons que tout le monde soit en place et l’hôtesse rassemble les couples. Chacun a rejoint sa chacune, sauf Marius et Bernard les deux « célibataires du groupe ».

Nous arrivons en fin de soirée à Lima. Hélas, pas de représentant de l’agence. Bizarre, en principe Terra Andina devrait être là. Nous téléphonons grâce à l’amabilité d’un chauffeur de taxi, à l’autre bout du fil Olivier…il nous attendait le 30. Evidemment…nous sommes le 29. Le voyage de l’an dernier en Bolivie était beaucoup plus long avec escale de près de 5 h à Sao Paulo… de ce fait nous n’étions arrivés que le lendemain. Lorsque J-Marie avait réservé les billets : nous arrivions le 30, donc départ le 29 Septembre, mais cette année nous étions partis par un vol direct sans escale, d’où la confusion.

La gaffe est bien vite oubliée avec le professionnalisme de Terra Andina, le problème fut vite résolu, 45 mn après notre arrivée nous étions en direction d’un autre hôtel proche de celui réservé pour le 30. Une nuit de plus et une journée de plus à Lima, le groupe est satisfait et Jean-Marie vite remis de ses émotions.

L’hôtel est superbe, la chambre 30 dollars pour la nuit et le petit déjeuner.

 

Jeudi 30 sept.

41 ans de Matrimonio (mariage), nous avions fêté les 40 ans dans le désert d’Atacama avec la famille Cassou…et j’ai le souvenir d’un « pisco sour » à vous lécher les babines. Il faut arroser çà à midi. L’hôtel est situé dans le quartier Miraflores : Hôtel Porta.

Lever vers 8 h et promenade sur le boulevard face au Pacifique, le ciel est toujours gris à Lima en cette saison. C’est très impressionnant de voir les falaises de sable arrivant sur la route. Il y a des plantes qui essaie de retenir la dune, mais…lorsqu’il pleut fort…çà doit dégringoler.

Après une matinée de promenade sur le boulevard, et dans le centre commercial situé en contrebas, nous demandons au guide un bon restau de poissons. Pas de problème, nous prenons deux taxis et partons dans les quartiers plus typiques de Lima.
Stop ! les taxis nous déposent dans une ruelle devant l’entrée d’une salle qui ne paye pas de mine. L’intérieur du resto est tapissé de maillots et d’oriflammes à la gloire du FOOT…il y en a partout. Simples tables sans luxe, mais le resto est plein et c’est bon signe. Canta Reina un joli nom pour un resto tenu par un Argentin. Voyons le menu, mais en attendant, nous arrosons nos 41 ans de vie commune et offrons un Pisco sour (fait avec du raisin, assez alcoolisé, citron vert, glace pilée et blanc d’œuf en neige pour la parure).

Nous choisissons sur les conseils de notre guide, plusieurs plats de poissons et nous pourrons ainsi goûter à plusieurs spécialités. Le garçon nous conseille et entre les conseils des uns et des autres, le choix est fait. Ici la spécialité est le ceviche (poisson cru macéré dans le citron vert…avec…des épices, aromates), donc le ceviche fait partie des plats retenus.

Le temps que nous dégustons le pisco délicieux, les garçons arrivent les bras chargés de plats les uns plus beaux que les autres…Hum ! celà à l’air bien appétissant : ceviche, calamars , calamars farcis, poissons grillés, crevettes géantes, bar farci, moules, brochettes de poissons…riz. Le vin blanc nous est gracieusement offert par le patron pour notre anniversaire. Nous terminons par un bon café et l’addition n’est pas « salée » (8 euros environ par personne). Pour un premier contact avec la cuisine péruvienne…c’est réussi et c’est une très bonne adresse à recommander.

Nous quittons le quartier en bus pour nous rendre dans le centre de Lima. Petit air frisquet près du boulevard de la plage.

Retour à l’hôtel où chacun se penche dans les écritures et pour certains un « courriel » aux enfants.

 

Vendredi 1er octobre

Visite du couvent San Francisco. Sa façade de pierres taillées à elle seule vaut le déplacement. Les chaises du chœur sont taillées dans les cèdres du Nicaragua. Fantastique retable qui, avec ces ors, éclipse l’autel central. Très bel orgue et tableau de la cène avec les fruits du pays et un Judas cornu.

Visite des catacombes découvertes en 1951 hébergeant près de 70000 personnes. Ici, grande surprise par l’ampleur de ces ossements.

Grande surprise d’Olivier, notre guide, en apercevant une tribu de jeunes enfants qu’accompagne un homme « blanc » un instit certainement. Vite il nous fait signe de partir en leur direction : la curiosité c’est qu’il y a 2 ou 3 de ces jeunes vêtus de pagnes, pieds nus, sur leur tête une couronne de feuilles…Olivier nous dit que depuis 7 ans qu’il vit à Lima, c’est la première fois qu’il voit pareille chose, dommage pour le photographe qui n’a pas eu le réflexe assez rapide, mais ce n’est pas évident. Les voilà repartis vers une autre salle. Le guide nous explique que ce petit groupe n’est pas du tout folklo…mais réellement une tribu d’Amazonie. Je rêve !! en l’an 2004….voir encore des scènes pareilles c’est surprenant.