P02/12


14 Novembre

Départ pour Salta à midi à l’aéroport…. Les Fargues se font attendre.Où sont-ils bien passés les frangins ??? Ils doivent faire les boutiques pour tuer l’attente ! L’hôtesse me passe le micro : Les Fargues sont demandés à l’embarquement…mais je n’ai pas la voix suave de l’hôtesse…cela fait sourire les voyageurs !!

Les voilà qui arrivent en rigolant !!! Dans ce vol, je suis placée à côté d’un argentin commercial pour la Sté Bayer…ordinateur déployé….il s’active pour les divers traitements pour les légumes….les maladies…suivant les régions….et les solutions à y apporter, intéressant….je pense à Lélie qui elle aussi fait le même travail. Je vois sur l’écran : Ajo (ail) cebolla (l’oignon)… les moscos blancas ….puis loin problème des chenilles, sangre negra…maladie de la papa (p de terre).

Maintenant traitement des pommiers : Grany, Royal Gala, poire abate….De ce fait, le voyage passe plus vite..
Le décollage du Boëing est bruyant. Par contre sur l’Airbus 340 de Madrid, c’était du velours ! Mes deux voisins sont hilares et doivent être habitués à ce genre de secousses.

Collation sandwich-fromage-jambon et biscuit…un petit coup de vin, il est très bon ici. Je sombre vite dans un sommeil profond qui va me faire le plus grand bien, je récupère les heures du vol Madrid – Buenos Aires. Ah ! l’avion tangue… trous d’air… mes voisins sourient… zone de turbulence… ceinturons nous.
Mon voisin Bayer regarde les infos sur son PC : Bush lit à l’envers…fête des citrons à Menton …différents gags…. Plot qui remontent … voitures coincées… bande dessinée avec guillotine, ils se marrent, cela me distrait et me fait passer le temps.

L’atterrissage est bruyant… où c’est le Boeïng… où c’est le pilote… ! On rigole !

Notre chauffeur Luis, coiffé d’un superbe chapeau de peau et Fernando notre jeune guide nous attendent. Fernando fait son apprentissage sous les conseils bienveillants de son aîné Luis. Présentations et embarquement dans le minibus.

Nous nous rendons sur la Plaza, visite de la Cathédrale, église San Francisco 1882, cloche fondue avec les canons de l’Indépendance. Visite du couvent des Carmélites, la porte en caroubier date de 1762.
Un petit tour sur le marché artisanal …. achats….. les frangins et moi-même nous « fondons » sur les marchés… mais les amies aussi se laissent tenter…il y a toujours quelque chose d’intéressant à ramener.
Nous logeons à l’hôtel « Refugio del Inca » à Salta, hôtel typique et fort bien situé.
De la colline St Bernard où est situé un beau couvent, vue magnifique sur la ville.

Dans un parc : 85 variétés d’arbres et de plantes. Le parc San Martin est le poumon de la ville de part sa concentration d’arbres.
600 000 habitants à Salta. Deux stades dont un de 60 000 places. Zone sismique donc petites maisons de construction anti-sismique.
Nous passons devant un monument où, chaque année, le 17 juin, anniversaire de la mort de Guemes se déroule une fête avec des gauchos, défilés, chants accompagnés par les guitares.

 

15 novembre

Ciel d’un bleu d’azur. Départ à 7 h 30 de l’hôtel. De riches exploitations de tabac dont une variété de Virginie. Exportation pour les USA. Peu à peu, nous abandonnons la route pour la piste sinueuse à travers les Yungas, forêts où émergent la couleur pourpre des flamboyants et quelques arbres aux fleurs d’un jaune vif…touches colorées. Arrêt tout près d’un pont rustique situé sur la gorge d’Escalpe. On entend des chants d’oiseaux…Luis et Fernando nous montrent les perroquets, mais nos yeux ne sont pas habitués, nous nous contentons de les entendre chanter… parfois il m’arrive d’en apercevoir… mais bien vite ils s’enfoncent dans la ramure des arbres.
Nous sommes sous l’Equateur et c’est le printemps et il faut faire les nids douillets pour accueillir les petits.

Des cactus fleuris, petit détour… pont en construction…. arbres ressemblant à des mimosas mais avec de grosses boules jaunes… superbes montagnes colorées. Mal cante (mauvais chant) est un endroit sauvage…Pause café avant de franchir un col à 4080 m… ici changement de paysage : Cactus, nous sommes dans la Puna aride et désertique, les cactus sont des géants qui se dressent droit vers le ciel. Ce sont de véritables champs, certains commencent à fleurir.

Tout en roulant notre guide nous parle du Condor. Il vit entre 7 et 10 ans et lorsqu’il ne peut plus voler et se nourrir, il monte assez haut dans le ciel, rentre ses ailes et se laisse tomber. Nous entrons dans le parc National des Cardones….Nous avions déjà aperçu ces fameux cactus…..mais ici c’est le territoire des Cardones, immenses cactus.

Nous visitons des petites églises coloniales toutes éclatantes de blancheur. Une meule de pierre déposée par un jésuite toujours en place dans le jardin. Ce parc créé en 1996 pour la protection des Cardones abrite un petit oratoire dédié à San Raphaël…..des offrandes diverses sont déposées : oranges, cigarettes, feuilles de coca, bougies,chapelets…Excellente vue sur les montagnes, nous sommes en altitude et il fait frais, mais le temps est superbe.

C’est la pampa avec quelques guanacos….des fleurs d’un rouge éclatant donnent une note colorée. Route droite (tin tin) de 18 km construite par les Incas et goudronnée depuis peu. Nous voici sur l’asphalte, adios la pista.

A CACHI, repas typique dans un petit village. Délicieux cabrito grillé un délice…tout est servi à gogo sous l’œil bienveillant du cuistot fort sympa. C’est rustique, nous mangeons dans la rue, assis sur des bancs avec une très grande table, le menu unique est fort apprécié de la troupe.

Nuit à MOLINOS dans une belle résidence du XVIIè siècle ayant appartenu à Don Nicolas Severo de Isasmendi, (peut être un basque) Né en 1753 mort en 1837 il fut le seul gouverneur de la région. Ce superbe endroit ne fut restauré qu’en 1980. Dans ce village tout blanc ce qui me frappe, c’est le silence. Tout autour de chouettes paysages, berceuse assurée par le chant des oiseaux. MOLINOS avec ces 500 habitants et ses ruelles poussiéreuses est en travaux…des pavés auto-bloquant commencent à recouvrir peu à peu certaines rues.

Les ruelles sont désertes, seuls deux enfants jouent et deux hommes terminent de placer quelques pavés. Quel calme ! Visite de l’église St Joseph, beau plafond, confessionnal et support de livre en bois d’eucalyptus, le plafond en cactus. Ici le cactus une fois sec est utilisé pour faire des poutres, meubles, étagères et toutes sortes d’objets. C’est curieux.

Nuit et repas dans un cadre quasi monastique… propice à une retraite… ou à un Séminaire !!
Nuit douce et sommeil profond. Le petit déjeuner original avec entre autre… une confiture de courges.