page 2/32

Nous partons de Mourenx le Jeudi 13 Octobre à 13 h 30, repas du soir chez les cousins de Béziers.

14 Octobre
Nous partons de Béziers à 7 h et roulons jusqu’à Piacenze où nous passons la nuit.

15 octobre
Départ à 7 h pour Venise où nous arrivons vers 11 h.

Venise nous apparaît sous un soleil timide et voilé, mais peu à peu le voile de brume se disperse et Venise la Sérénissime resplendit sous un ciel d’azur.

Nous avons le temps d’ici notre embarquement de flâner dans les ruelles encore bien fréquentées par les touristes. Repas dans un petit restaurant typique, promenade sur les quais, dans les différents quartiers. Il fait beau, les pigeons sont toujours aussi nombreux sur la Place St Marc et çà « mitraille » dur du « Canon » ou du « Minolta ou tout autre boîte à l’œil curieux !!
Le Vaporetto nous conduisant au parking où nous avons laissé notre C/car tombe en panne au milieu de la lagune et ce n’est qu’au bout d’une heure qu’un autre Vaporetto vient à notre rescousse, les passagers changent de Vaporetto.

Ce soir nous devons être à 17 h au port pour les formalités d’embarquement. Le départ du Ferry pour Alexandrie est fixé à 20 h. Formalités remplies, nous sommes impatients de quitter Venise pour cette traversée sur Alexandrie. L’Expresso Egitto quitte le quai avec une heure de retard.

Nous longeons le Grand Canal et admirons la Venise scintillante parée de mille feux telle une ville conçue pour les Fées. Le Palais des Doges, véritable dentelle de pierre, ressemble au Palais de Dame Tartine, les couleurs rose, blanc me font penser à un immense gâteau décoré de sucre glace et de pâte d’amande colorée. Que c’est beau !

Je me souviens de la réflexion de Patrice, notre fils, lors d’un passage par Venise, s’exclamant : Maman que c’est beau…çà ressemble à mon décalcomanie !!
Les nombreux ponts, canaux, quais, tout cet ensemble revêt une parure si belle au crépuscule que Venise mérite bien son nom de Sérénissime surtout à la tombée de la nuit.

Nous laissons Venise et sa féerie pour regagner notre cabine. Nous commençons à avoir sommeil. Notre c/car, lui, sommeille pour 3 nuits dans les profondeurs du ferry.

16 Octobre
Après une bonne nuit, une journée de mer calme s’annonce. Le ciel est bleu et nous nous relaxons sur le pont au soleil.

17 Octobre
Nous traversons le Canal de Corinthe sous une chaleur torride. Traversée très impressionnante d’une heure. Nous sommes remorqués car le canal est étroit, de hautes murailles nous emprisonnent…il semble que le bateau ne pourra jamais passer entre ces deux falaises. Ce Canal épargne un long détour aux navires allant du Pirée vers l’Adriatique. Commencés en 1882 (1er mai) ?? par une compagnie française, les travaux furent terminés en 1893 par une compagnie hellénique.

Il fait très chaud entre ces deux immenses murailles, surtout vers 11 h. Nous allons déjeuner et à 14 h nous arrivons au Pirée où nous faisons escale jusqu’à ce soir minuit.

Nous prenons un taxi pour la Plaka (vieux quartiers situés au pied de l’Acropole). Belles balades dans les ruelles typiques. Repas grec arrosé de bon kratsi (vin) qui nous change des repas « sphagettis, macaronis » du ferry.
Pour le retour, nous prenons le métro jusqu’au Port du Pirée.