p01/13

Note du webmaster :
ce compte-rendu a été scanné et numérisé d'après le texte original tapé à la machine à écrire en 1998 !
Il comporte donc peut-être des petites erreurs de frappe ou de retranscription.

 

MAROC 1998

 

Vendredi 6/11/98

Marius est en retard. II appelle vers 5 h, et arrive 20 minutes après. A PAU, landais et orthéziens nous rejoignent. Nous avons un bus pour 50 p et ne sommes que 10. Nous arrivons à l'aéroport de BLAGNAC à 8 h 10. L'avion a un retard de 1/2 h, ce qui fait qu'à CASABLANCA, les Marseillais arrivent en même temps que nous....
super. Le guichet bancaire est fermé, nous sommes vendredi et il est déjà 12 h. Nous prenons le vol pour MARRAKECH où nous arrivons à 14 h, change ...cette fois nous avons des dirhams. Nos guides nous attendent et deux minibus pour nous conduire à OUARZAZATE où nous faisons la pause repas dans un resto fort sympa. II fait nuit et la ville est pleine de vie, beaucoup de monde sur les trottoirs... cette fois nous y sommes. Reprenons la route sans trop nous attarder à table... les deux mini bus se suivent et tout à coup, feu d'artifice sur la route, étincelles... le premier minibus se distingue. Nous leur faisons des appels de phare. Ils s'arrêtent ...les hommes descendent. finalement ce n'est rien, plus de peur que de mal. Yallah..
Notre chauffeur reprend la route, un chien traverse ...et pan il doit être un peu K.O, le taxi ne s'arrête pas, il n'est pas facile de circuler la nuit sur ces routes. La route est parfois assez étroite, le mini se serre pour faire place à un camion qui arrive face à nous à assez vive allure... on cogne un peu ...un bout de parechocs reste là en souvenir. Ouf!!! jamais 2 sans 3...çà y est le compte est bon. Arrivons par une piste chez l'habitant qui doit loger toute l'équipe. On nous désigne "la chambre commune" ...nous n'y voyons pas trop ...finalement toute l'équipe, en silence et fatiguée s'enfonce bien vite dans les duvets.

Bientôt les ronflements des réacteurs indiquent que la petite équipe est bien fatiguée et que la nuit leur sera bien favorable.

 

Samedi 7

Temps nuageux au lever du soleil mais super. Les guides et muletiers chargent les mules bien dociles, les enfants, femmes forment un attroupement, petits cadeaux çà et là sont distribués, les enfants sont heureux, mais ne sont pas trop "collants", le guide Mohamed je pense les retiens. La troupe s'ébranle, çà y est notre périple dans le djébel SARHO commence, je souhaite que tout le monde soit en forme jusqu'à la fin. Inch Allah ! Tout d'abord djebel caillouteux, mais traversée de villages avec petits jardinets arrosés par des canaux d'irrigation, là où est l'eau est la Vie.

Les femmes sont déjà au travail sur leur parcelle de jardinets, deux d'entre elles nous saluent en nous faisant des signes avec leurs mains. 3 h de marche pour la première matinée. Notre étape dans "une figueraie" à l'ombre. Déjà l'équipe de muletiers cuisiniers nous a devancée, les tapis sont étalés, le thé nous est servi en guise d'apéritif. Nous sommes accroupis, certains assis en tailleur, pour d'autres, ce sera à la "romaine"...après le thé, la salade marocaine bien copieuse, pommes et thé pour clôturer ce repas. Repos, et l'équipe se remet en marche vers 14 h 30, ce qui nous a laissé le temps de retrouver nos forces. Après le voyage, la nuit un peu agitée, cet instant fut fort salutaire. Nous avons un bon rythme, et notre guide nous fait des pauses toutes les heures, petites pauses qui nous permettent de bien commencer la rando.